Retour

COMMENT RETIRER L'AMIANTE DANS UN BÂTIMENT ?

Le retrait de l’amiante dans les bâtiments est un vaste sujet à la fois technique et complexe. En effet, les techniques sont nombreuses et les règles des précautions indispensables compte tenu de la dangerosité du produit amianté. 
Il est à noter que l’ancienne distinction entre matériaux contenant de l’amiante friable et matériaux contenant de l’amiante non friable a été abrogée et que désormais l’ensemble des processus applicables, quelle que soit la nature friable ou non des matériaux à retirer est celui anciennement applicable aux matériaux friables contenant de l’amiante. 
En ce sens, quelle que soit la nature du matériau, les précautions à observer lors du retrait, du transport, etc. sont maximales. 
Néanmoins sur le chantier, l’opérateur sera confronté à des matériaux friables et non friables. 

Dans tous les cas et quelle que soit la situation rencontrée, le retrait doit être décidé en fonction de la nature du matériau, du risque d’émission de fibres d’amiante, de la pénibilité pour les opérateurs. Bref, le retrait doit garantir une efficacité du procédé de l’enlèvement au conditionnement des déchets. 

Les matériaux doivent, sans exception, recevoir un traitement d'imprégnation pour neutraliser les poussières.
 

Les techniques de retrait pour les matériaux friables… 

Une fois cette première étape réalisée, il conviendra de retirer le matériau par méthode de grattage manuel des surfaces en phase humide (directement après le traitement d'imprégnation) ou grattage mécanisé avec récupération des débris à la source (par aspiration, par exemple). Le burinage, le sablage, le grenaillage, peuvent également être utilisés. Si aucune des méthodes pré-citées ne peut être mise en place, le professionnel peut alors se tourner vers la cryogénie ou le décapage à très haute pression. Ces deux méthodes sont très émissives et ne pourront être utilisées que si aucune des autres techniques ne permet d'obtenir un résultat satisfaisant.

 

… et non friables 

Les techniques de retrait dépendront principalement de la nature des matériaux allant ainsi du simple démontage à la fragmentation (cassage). De manière générale, le démontage concernera les faux plafonds, ardoises artificielles, bardages, plaques de toiture, cloisons, conduits et gaines, clapets coupe-feu, revêtement de sol en plastique-amiante. Le matériau sera retiré sans découpe ni fragmentation.

Le démontage est plus complexe dans le sens où l’amiante peut avoir contaminé son support (peintures et enduits de protection, porte coupe-feu, garniture de friction, joints plats, etc.).

Enfin, si les deux précédentes méthodes s’avèrent impossible à mettre en oeuvre, il faudra alors fragmenter les matériaux.

 

Que faut-il retenir ?

Que le processus de retrait de l’amiante est devenu affaire de précaution compte tenu de la dangerosité des émissions de poussières. Il convient donc de faire preuve d’une grande prudence.

 

Publié le 25/05/2016

Retour

Un diagnostiqueur immobilier proche de chez vous

150 diagnostiqueurs
en France

250 000 diagnostics réalisés
en 2018

Trouver votre diagnostiqueur