Retour

COMPTEURS LINKY : KÉSAKO ET MESURES D'EXPOSITION RASSURANTES CHEZ LES PARTICULIERS

193_photo_article.jpg

L’arrivée des nouveaux compteurs Linky a posé de nombreuses questions concernant notamment l’innocuité de leur émission radioélectrique, qui ont amené l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) à lancer cet été une campagne de mesures des niveaux d’émissions des champs électromagnétiques pour en évaluer la nocivité éventuelle.  


Les compteurs Linky : Késako ?
C’est un compteur communicant : il peut recevoir des ordres et envoyer des données sans l’intervention physique d’un technicien. Les premiers appareils ont été installés le 1er décembre 2015 et l’objectif est de remplacer 90 % des anciens compteurs dans 35 millions de foyers en France d’ici 2021.
Qui dit « compteur communicant » dit inévitablement « échanges entre les nouveaux compteurs électriques communicants Linky et le dispositif de stockage », le concentrateur. Ces échanges utilisent les courants porteurs en ligne (CPL). Cette technologie consiste а utiliser le réseau électrique pour propager les signaux par conduction dans les câbles électriques. Les compteurs Linky ne sont donc pas des émetteurs radioélectriques. Cependant, comme tout appareil électrique, ils induisent un champ électromagnétique.


Des résultats en dessous des seuils. 
C’est bien à cette question de dangerosité d’émission que L’ANFR a souhaité répondre. Pour ce faire, des études ont été menées en laboratoire et in situ. L’étude a démontré que les mesures donnent des résultats au-dessous des seuils réglementaires.
Les niveaux de champs électriques mesurés in situ varient entre 0,25 et 0,8 V/m а 20 cm des compteurs en émission CPL, c’est-а-dire grâce aux courants porteurs en ligne. Ces niveaux se situent entre 100 et 350 fois sous la valeur limite réglementaire de 87 V/m dans la bande de fréquence utilisée par Linky (35-91 kHz). Quant aux niveaux de champs magnétiques mesurés, eux aussi, in situ, ils varient entre 0,01 µT et 0,03 µT а 20 cm des compteurs en émission CPL. Ces niveaux se situent entre 200 et 600 fois sous la valeur limite réglementaire de 6,25 µT dans cette bande de fréquence.


Ce qu’il faut retenir ? 
Les nouveaux compteurs Linky ne sont donc pas nocifs pour la santé. L’ANFR poursuit cependant son étude sur l’exposition générée par les nouveaux compteurs. 
 

Publié le 31 Octobre 2016

Retour

Un diagnostiqueur immobilier proche de chez vous

150 diagnostiqueurs
en France

250 000 diagnostics réalisés
en 2018

Trouver votre diagnostiqueur